Aujourd’hui c’est mon côté militante pour l’allaitement qui va prendre la parole… Non, ne fuyez pas, du moins pas tout de suite ! Vous vous dites « encore une maman qui prône l’allaitement, qui croit aimer plus fort son enfant parce qu’elle a fait le choix d’allaiter »… Pour rappel ou pour information, je vous invite à lire mon article sur ma position : Team Biberon ou Team Allaitement ? Je suis Team : laissez-nous choisir le moyen de nourrir nos bébés ! »

Retour d’expérience

Aujourd’hui je souhaite juste vous partager l’organisation que j’avais mis en place à ma reprise de travail, 10 semaines après avoir accouché…

Car lorsque l’on a fait le choix d’allaiter, que l’on a galéré pour trouver son rythme, sa position, être séparée de son enfant tout en maintenant ce lien lacté n’est pas évident ! Cela demande beaucoup d’organisation, de patience et un peu de temps…

Quand j’ai cherché des informations, des témoignages à l’époque, j’en ai trouvé très (trop) peu. Mais j’ai tout de même croisé quelques témoignages qui m’ont prouvé, démontré, que c’était faisable, et montré un exemple d’organisation… Alors si mon texte peut aider une jeune maman à poursuivre son allaitement en l’aidant avec quelques idées d’organisation, je serai ravie ! Mon blog aura pris un sens !

A l’époque, le blog qui m’a fait « tilt » est celui de Working Mama… un véritable déclencheur et surtout booster ! Malheureusement aujourd’hui le blog n’existe plus (le domaine existe, mais ce n’est plus la talentueuse Julie qui le fait vivre, son blog lui ayant été « volé »… Mais elle a rebondi sous le joli nom de Zunzùn)

J’en arrive (enfin !) au concret et l’objet de cet article…

Comment faire, s’équiper, s’organiser pour continuer d’allaiter exclusivement son enfant, tout en ayant repris le travail… Il y a beaucoup de façons de faire, je ne partage ici que ma modeste expérience de 2 allaitements exclusifs (de 15 et 13 mois respectivement)

Mon Tire lait

La première chose pour moi a été de choisir un tire lait. A la sortie de maternité j’ai eu une ordonnance et on m’a confié un énorme engin, le Lactina de Medela… Si je peux vous conseiller, Medela est LA référence en termes de tire lait… Mais pour un tire lait sédentaire, je vous conseille plutôt son petit frère, le modèle Symphony…

Mais dans tous les cas il s’agit de modèles difficilement transportables ! J’ai eu la chance de croiser la route numérique d’une personne m’ayant permis de m’équiper à moindre frais d’un modèle nomade électrique, efficace et pratique : Le tire lait Free-Style de Medela

Free-Style et moi cela a été une grande histoire d’amour, d’environ 2 ans (en cumulant mes 2 allaitements) Et qui sait s’il ne ressortira pas de sa jolie sacoche 😉

Mais à mes tous débuts, que ce soit avec le Lactina ou avec le Free Style j’ai eu très, TRES peur quand j’ai vu le peu que je parvenais à tirer (5ml ? 10 à tout casser) alors que ma lactation était au top, au plus fort avec un bébé d’environ 2 mois… De quoi mettre plein de doutes dans la tête d’une jeune maman, inexpérimentée, en pleine chute hormonale, apeurée à l’idée de voir s’arrêter sa belle aventure lactée avec la reprise du travail trop tôt à son goût…

Attention la taille des téterelles compte!

Une chose mesdames que vous devez avoir en tête : de la même façon que nous avons toutes un tour de poitrine différent, nos mamelons ont également des tailles différentes ! Et ça, on ne nous le dit pas ! D’autant que des téterelles non adaptées vont impacter le volume de lait exprimé !

Les pharmacies nous équipent de tire lait et de téterelles standard… Sauf que le standard ne nous convient pas à toutes ! C’est sur le site de Medela que j’ai découvert cette information. A l’époque, leur site évoquait une réglette pour connaitre sa taille, disponible chez leurs revendeurs… J’ai parcouru tout mon secteur pour la trouver, personne n’en avait entendu parler et surtout les pharmaciens que j’ai croisés ne savaient pas qu’il pouvait y avoir plusieurs tailles de téterelles…. Heureusement, aujourd’hui l’allaitement se démocratise, et de plus en plus de personnes sont formées et informées !

Voici ce qu’indique aujourd’hui le site de Medela pour connaitre votre taille : http://www.medela.fr/allaitement-pour-les-meres/conseils-grossesse-et-allaitement/tirer-son-lait/taille-teterelle

Gestion de stock: lait maternel frais versus lait congelé

Une fois que vous êtes équipée avec l’appareil et l’équipement à votre taille, il faut également savoir que généralement vous allez commencer à tirer en parallèle des tétées de votre bébé, afin de constituer un stock de départ, avant votre reprise. C’est donc l’introduction d’une tétée « fictive ». Il est donc NORMAL que votre corps ait besoin d’un temps d’adaptation (c’est à dire quelques jours à semaine) afin d’exprimer un volume satisfaisant ! Il ne faut pas s’attendre (sauf si vous êtes une des rares chanceuses MilkMaker c’est-à-dire une personne dont le corps s’adapte IMMEDIATEMENT à toute augmentation des besoins lactés de son enfant) à ce que le volume tiré soit digne d’une tétée ! Un peu d’indulgence envers vous et votre corps 😊 Cela prendra plusieurs jours, peut-être 1 semaine ou 2…. Mais votre corps s’adaptera, de la même façon qu’il s’est déjà adapté à l’évolution des besoins de votre bébé et de votre allaitement (passage du colostrum au lait, augmentation de la quantité avec les pics de croissance etc…)

J’ai commencé à tirer mon lait environ 1 mois / 3 semaines avant ma reprise… J’avais très peur de ne pas avoir assez de stock à ma reprise (je suis une angoissée de naissance… mais je me soigne 😊) Au final, quand Chocapic a arrêté de prendre du lait en mon absence j’ai jeté plus de 3L de lait stocké dans mon congélateur (oui j’ai appris après coup que j’aurai pu le passer pour un autre usage, voir non alimentaire…. J’ai appris et j’apprends encore !) Des fois on s’inquiète beaucoup pour peu….

Une petite partie de mon stock à la fin de l’allaitement de Chocapic!

Lorsque j’ai repris le travail, je me suis instaurée une petite routine. Mes enfants bénéficiaient du lait de la veille (je préférais qu’ils bénéficient au maximum des vertus du lait, sans passer par la case congélation…). En fin de semaine, le vendredi, je faisais exception à ma règle : je congelais le lait, pour qu’il puisse être consommé le lundi. Et si j’avais du surplus, je congelais également.

Je congelais mon lait en petites barrettes de 30ml (très pratique pour ne pas gaspiller et décongeler la quantité exacte nécessaire) grâce aux bacs de congélation Milk Trays. Une fois le lait congelé, je mettais mes barrettes d’or blanc dans un sac de congélation Lansinoh (les plus grands et pratiques je trouve avec 180ml de capacité), notant la date et le volume de lait pour faciliter la gestion du stock (je consommais en premier le lait le plus « ancien »)

 

Le lundi matin j’apportais le lait congelé à ma nounou qui le laissait décongeler lentement la matinée ou en cas de petit creux immédiat, décongelait la quantité nécessaire en plaçant les barrettes de lait dans un biberon, placé sous un filet d’eau chaude. L’autre avantage des barrettes, c’est que la décongélation était aussi facilitée !

Donc le lundi je lui apportais du lait en barrettes congelées, les autres jours de la semaine du lait frais de la veille, dans des biberons (annotés de la date du tirage, sur du scotch velpeau). J’avais également chez la nounou de mes enfants un petit stock de secours de lait congelé. Ce qui a bien été utile lorsque mes enfants ont débuté leurs différents pics de croissance et que le lait que je fournissais n’était alors plus suffisant ! Cela nous a permis à tous d’être serein, prêt à parer à toutes éventualités !

Tirer son lait au travail, du côté de la loi

Combien de temps avons nous?

Ok, je vous ai expliqué comment je dealais du lait avec l’assistance maternelle de mes enfants… Mais comment je m’approvisionnais ?

Tout d’abord l’aspect légale. En tant que maman allaitante, et ce jusqu’au 1 an de votre enfant, votre employeur est tenu de vous laisser disposer d’une heure par jour pour votre allaitement. Le hic c’est que le texte français n’indique pas si cette heure est rémunérée ou non. Il y a beaucoup d’information sur ce sujet sur internet. Mais si je ne dois retenir qu’un site, c’est celui de la consultante en lactation Véronique Darmangeat : à tire d’ailes.

Pendant mon 1er allaitement, partant de zéro, n’ayant pas de proches directes ayant pu me soutenir ou me conseiller, son site a été une véritable mine d’or d’information, ma bouée de secours quand je doutais ou baissais les bras. Je ne l’ai pourtant jamais rencontré, mais son site, ses « jeudi quart d’heure de l’allaitement » qu’elle anime sur sa page Facebook, son livre, m’ont été d’un très grand soutien ! Mon mari s’est même demandé si je ne lui vouais pas un culte ^^

Je sais qu’il existe des réunions organisées par des bénévoles de la Leache League (qui d’ailleurs m’ont beaucoup soutenu par téléphone lors de la grève de la tétée de ma fille) mais malheureusement chez moi elles avaient lieues le vendredi matin, incompatible avec ma reprise du travail…) Mais cela peut valoir le coup de vous renseigner. Ou juste téléphoner comme j’ai pu le faire, pour faire face à une angoisse, une inquiétude… le soutien est PRIMORDIAL)

Tout cela pour dire que sur son site vous trouverez (entre autres!) des informations sur l’heure d’allaitement et l’aspect légal qui l’entoure.

Tirer son lait, oui mais où ?

De la même façon, un local, une pièce fermée doit être mise à disposition (car NON les toilettes, ce n’est pas un endroit où l’on prépare à manger pour son bébé !)

Dans mon entreprise, je travaille en open space. Impossible de tirer devant mes collègues (et je ne voulais pas trop me faire remarquer…) Mon supérieur m’a alors proposé la salle d’infirmerie. Il m’est aussi arrivé de tirer mon lait dans une salle de réunion inoccupée (en pensant bien à la réserver pour éviter les « surpriiiiises » !), un bureau d’un collègue en vacances… Lors de déplacements, ma demande a souvent été accueillie avec bienveillance, les gens se pliaient en 4 pour me trouver un espace (pour être honnête, je dois avouer que j’ai « bloqué » l’âge de mes enfants à 6 mois dans mes explications, suite à un petit regard surpris/dérangé par ma demande, expliquant que je tirais mon lait pour mon fils de 11 mois… L’allaitement se démocratise, mais pas partout encore ^^).

Le plus cocasse a été cette gentille dame lors d’une formation de 2 jours qui n’a pas exactement compris la nécessité d’être seule (oui, la pudeur c’est surfait 😊) en me proposant la cantine vide pendant la matinée… Vide de clients, oui, pas des cuisiniers ! « Surpriiiiiise ». Une fois, j’ai été contrainte de tirer dans les toilettes, pendant un séminaire où il n’y avait aucune place. Et une fois dans ma voiture, alors que je me préparais à passer un entretien d’embauche 😊

Organisation au travail

Conservation et transport du lait, vaisselle

Concrètement comment ça se passe « tirer son lait au travail » ?

C’est donc à ma reprise du travail que le tire lait Free Style de Medela a été mon plus grand compagnon de route ! Sa batterie rechargeait en quelques heures (pas besoin d’une prise électrique à proximité) et tenait plusieurs jours d’affilée (2 voire 3 jours à l’aise). Il est vendu avec un sac assez passe partout, pour ne pas attirer les regards. Et surtout un petit sac isotherme et son pain de glace spécial, qui permet de conserver au froid 4 biberons (si vous n’avez pas de frigo sur votre lieu de travail où que vous ne souhaitez pas l’utiliser).

Sac isotherme et son pain de glace adapté – vendu avec le Free Style –

Personnellement je ne voulais pas m’embêter avec de la vaisselle à faire après chaque tirage (pas de temps à perdre, pas de lieu où faire sécher proprement…) Mais à ma reprise je faisais 3 puis 2 tirages pendant mon travail… je n’allais pas acheter le stock de téterelles de ma pharmacie !

J’utilisais donc un petit sac de congélation, fermeture zippée, capacité 1L. Je tirais mon lait et stockais mes téterelles « sales » (tout est relatif, ce n’est que du lait 😊) dans mon sac de congélation et plaçais le tout au frigo en attendant le prochain tirage, 3h plus tard. Pour plus de discrétion je plaçais mon sac de congélation dans un sac en tissu, puis dans le frigo commun. Si vous ne disposez pas de frigo dans votre entreprise (ou en déplacement comme j’ai pu le faire), vous pouvez les stocker dans le petit sac isotherme qui accueillera ensuite le lait.

Mes téterelles attendant le second round

 

Ça c’est pour la gestion des multiples tirages….

Organisation des créneaux pour exprimer son lait

D’un point de vue organisationnel, je me prévoyais des créneaux de « RDV » sur mon agenda professionnel pour :

  • Ne pas oublier quand on est absorbée dans une tâche
  • Que mes collègues connaissent mes « contraintes » et me proposent des réunions en conséquence (ils n’ont pas besoin de savoir ce que vous faites pendant ce créneau « occupé » dans l’agenda partagé, juste que vous n’êtes pas disponible 😉)

Ainsi à ma reprise, aux 2 mois ½ de mon fils, j’avais besoin de 3 tirages pendant ma journée de travail de 9h-18h (plus aurait été mieux, mais impossible pour moi… je complétais donc avec un 4ème tirage dans la soirée, avant de me coucher) Donc un premier tirage à 10h, quand mes collègues prenaient leur pause-café et /ou cigarette, un second tirage pendant ma pause déjeuner vers 13h et un troisième tirage vers 15h30. Je ne faisais pas ce tirage plus tard car j’ai remarqué que sinon mon fils s’énervait pendant notre tétée de retrouvaille. En fin de journée ma lactation ne se reconstituait pas aussi vite qu’en matinée… Nous avons chacune nos rythmes, à vous d’expérimenter ce qui vous correspond le plus en termes de timing.

Une fois la diversification bien établie, les besoins en lait ont diminué, j’ai pu alors retrouver ma pause déjeuner non amputée 😊… et mes soirées sans tirage !

Je prenais entre 25 minutes et 30 minutes de pause pour chacun des tirages. On peut faire plus court, mais entre le moment de sortir de son bureau, trouver l’endroit, sortir son petit attirail, tirer le lait, tout ranger et stocker et retourner à son poste, difficile de faire moins. En tout cas, le stress influant sur la capacité d’éjection, je refusais de courir, pour être dans les meilleures conditions possible, relaxée et sereine. Prendre ce moment pour mes enfants, même s’ils ne sont pas avec moi…

J’ai acheté un bustier main libre pour plus de facilité et de confort : pas besoin de tenir les biberons dans chaque main pendant l’expression… souvent j’en profitais pour avancer sur mes mails en emmenant mon ordinateur portable, ou bien vraiment du temps pour moi avec un livre… C’est en m’abstenant de travailler pendant le tirage que j’exprimais le plus. Car je dois avouer que je culpabilisais un peu de faire une pause dans mon travail, donc je stressais un peu, et donc bloquais un peu mon éjection de lait… Je sais, c’est bête. Je vous avais dit que j’étais une stressée de nature 😊 Et pour rassurer ma nature inquiète, je tenais un petit cahier où je notais les quantités tirées. En comparant avec ce qui avait été bu dans la journée, j’arrivais à me rassurer… cela peut être angoissant pour certaines d’autres auront besoin de se rassurer par les chiffres. Encore une fois, libre à vous de trouver ce qui vous convient : du plus simple, au plus rassurant 😊

Et dernier petit détail : j’emmenais toujours une petite bouteille d’eau, car j’ai TOUJOURS soif en allaitant ou en exprimant mon lait…

En résumé, pour continuer votre allaitement exclusif à la reprise du travail

Pour tirer mon lait au travail j’utilisais ou bénéficiais de :

  • 1h autorisée jusqu’au 1 an de mon enfant et un local mis à disposition
  • Tire lait « nomade » double pompage Medela Free Style
  • Téterelles adaptées à ma taille (2 jeux pour faire un roulement le soir : un qui sèche pendant qu’un est dans le sac pour le lendemain)
  • Sac isotherme et pain de glace pour 4 biberons
  • Sac congélation 1L pour stocker mes téterelles entre 2 tirages
  • 1 bouteille d’eau
  • Bustier main libre (j’ai choisi un modèle de Medela)
  • Sac de congélation Lansinoh pour stocker le lait congelé
  • Bacs de congélation Milk Trays (lot de 2)
  • Des RDV programmés dans mon agenda partagé pour bloquer les créneaux

J’espère que ma petite expérience aura pu vous donner des pistes, des idées, un encouragement dans votre aventure lactée 😊 N’hésite pas à me dire ce qui vous a plu (et à partager l’article), vos propres expériences… Ce qui me motive dans ce blog c’est de pouvoir échanger 😊

PS : cet article n’est absolument pas sponsorisé, je vous partage juste mon expérience et les produits qui m’ont séduit et accompagné dans mes allaitements. Ceci afin que mon article soit le plus concret possible. Libre à vous de trouver ceux qui vous suivront dans votre aventure lactée 😊

Mère-Credi !