Nous arrivons bientôt au mois de Décembre, mois où la magie de Noël nous envahie, dans notre environnement, et dans notre cœur.

Depuis toute petite, Décembre est pour moi rempli de promesses de bonheur, gaieté, chaleur (physique mais aussi et surtout humaine), partage… Noël me fait rêver et vibrer depuis ma plus tendre enfance.

Mais qui dit Noël, dit le fameux petit barbu tout de rouge vêtu, le Père Noël…

Mon enfance : Croire au Père Noël

Lorsque j’ai appris la vérité à propose de ce charmant personnage, j’ai été un peu ébranlé. Ce n’était pas possible qu’il n’existe pas… J’ai alors dit à mes parents du haut de mes 6 ans: « je vais y croire encore un peu, juste au cas où »… Histoire d’être sur que le fait de ne plus « croire » ne soit pas synonyme de trouver un pied de sapin vide !

J’aime tellement Noël (et surement un peu déçu que le Père Noël n’existe pas) que quelques années plus tard (je devais avoir une dizaine d’années) j’ai décidé d’aider à « faire rêver » les enfants de mon entourage:

J’envoyais une lettre aux enfants en âge de croire au Père Noël des amis de mes parents, me faisant passer pour le Père Noël. Je leur demandait ce qu’il désirait pour Noël, tout en glissant des détails concernant leurs vies, afin de la personnaliser au mieux… J’ai fait cela pendant quelques années, avec l’aide et le soutien de ma maman… et puis tous les enfants de mon entourage ont grandi et ont découvert le pot aux roses!

C’est un peu paradoxal avec l’objet de mon article, mais c’est pour vous permettre d’appréhender un peu mieux qui je suis, et quelle place Noël occupe pour moi:

J’aime Noël, la magie qui l’entoure, toutes les personnes font une trêve dans leur morosité potentielle (trêve plus ou moins longue selon les personnes ^^) mais tout le monde fait un effort pour mettre en avant le partage, le plaisir de faire plaisir et d’être ensemble.

Les décorations de Noël, les odeurs, réchauffent l’ambiance, les coeurs…

Bref, j’aime Noël profondément!

Et je suis devenue Maman… Faire croire au Père Noël?

Il était tout naturel pour moi que mes enfants aient le droit à cette part de magie de Noël, et par extension donc, de « croire » au Père Noël. Enceinte de mon premier enfant, je me suis imaginée l’emmener voir un Père Noël d’une galerie marchande, lui demander sa liste d’envie pour le Père Noël, lui expliquer pourquoi mettre les chaussons au pied du sapin, et pourquoi pas quelques cookies et un verre de lait… J’ai rêvé comment « fabriquer » la magie de Noël pour que ces yeux brillent…

Et…. et, je suis devenue maman, j’ai découvert la parentalité positive, les principes de Maria Montessori etc… (comme je l’ai expliqué en partie dans mon tout premier article Parce qu’il faut un début à tout où j’explique pourquoi j’ai décidé de créer ce blog)

Aujourd’hui, il est évident pour moi qu’avant tout autre chose, ce qui m’importe, c’est ma relation avec mes enfants, la confiance qu’ils peuvent avoir en moi. La confiance d’un enfant est la clé de voûte de sa construction personnelle. Il m’est impensable d’adopter une posture 11 mois de l’année, cultivant la relation de confiance de mes enfants et au mois de Décembre la mettre de côté. Cela ne serait pas cohérent à mes yeux…

Je me suis alors retrouvée face au paradoxe de vouloir cultiver la confiance de mes enfants et mon envie de leur faire connaitre le Père Noël et tout ce qui l’entoure….

Chocapic avait 6 mois pour son premier Noël, j’ai donc eu un peu de temps pour construire ma pensée, aiguiser notre projet d’éducation, me renseigner…

Je me suis alors questionnée sur la réelle nécessité de « faire croire »… Car au final, ce sont nous, les parents, qui « fabriquons » cette magie pour nos enfants, c’est nous qui décidons à la place de leur imagination. Nous « fabriquons » un faisceau de preuves (lettre à un homme supposé nous faire plaisir avec des cadeaux, déguisement pour faire visualiser et concrétiser le personnage, cadeaux déposés comme par magie dans les chaussons etc…) afin d’amener nos enfants à croire en ce personnage. De la même façon lorsque, enfant, j’ai créé une « preuve » supplémentaire en écrivant mes lettres aux enfants de mon entourage, signant pour le Père Noël. Ils n’avaient rien demandé, eux!!

Est ce que Confiance et Vérité concernant le Père Noël sont compatibles?

Heureusement, oui 🙂 Et sans rien enlever de la magie de Noël!

La magie, l’excitation de Noël sont complètement dissociables du « mythe » du Père Noël… Après tout, le Père Noël est le héro d’une magnifique histoire, un conte de Noël. Au même titre que le Loup des 3 petits cochons, de T’choupi ou tout autre personnage de la littérature jeunesse!

Je pense qu’aucun parent ne se sent dans l’obligation d’expliquer clairement que les pingouins tel que T’choupi ne portent pas de vêtement, ne parle pas de la même façon que nous, ni ne vont à l’école. T’choupi est simplement un joli personnage d’histoire.

Et bien nous avons pris ce parti là avec nos enfants.

Le Père Noël est un joli personnage d’un conte de Noël. Et nous adorons ses histoires ^^

Adapter votre discours selon l’âge de vos enfants ou de votre degré de vérité souhaité

Si vous me lisez, peut être êtes vous dans une démarche de parentalité positive, vous vous questionnez comment cultiver la confiance de vos enfants, sans les « priver » de la magie de Noël. Bienvenue sur ma route du questionnement ^^

A mon sens, j’ai identifié 2 niveaux dans ma relation de confiance que j’ai souhaité avec mes enfants. Car ma pensée a évolué avec eux, avec leurs réactions et leurs âges!

1. Description et Imagination

Quand Chocapic a été en âge, au Noël suivant (il avait alors 18 mois), nous avons lu des histoires concernant le Père Noël, ses rennes, les petits lutins etc… Nous n’avons pas jugé nécessaire de préciser qu’il s’agissait de personnage (de la même façon que nous le faisions pas pour les autres personnages de ses livres).

Lorsque nous croisions une personne déguisée en Père Noël, nous décrivions exactement ce que nous voyions : une personne déguisée en Père Noël, tout simplement.

Concernant les cadeaux de Noël, nous lui avons alors expliqué que Noël est une saison où l’on aime faire plaisir aux autres, que l’on s’offre réciproquement des cadeaux pour le plaisir de faire plaisir. Nous décrivions simplement ce qu’est l’esprit de Noël!

Et le bonus, c’est le petit bonheur de voir son enfant nous remercier NOUS pour le cadeau, et non pas cet inconnu qui ne passe qu’une fois par an, le Père Noël!

Nous avons adopté ce choix jusqu’au 4ème Noël d’Hugo. A partir de 2 ans 1/2 nous avons clairement vu SON imagination prendre le relais! Il nous appelait, nous montrant la lune où il avait vu passer le Père Noël dans son traîneau. Jusqu’à ces 2 ans 1/2 nous avons pris le parti de rentrer dans son imagination, lui demandant de nous décrire ce qu’il avait vu… très souvent nous y entendions des détails lus dans ses livres de Noël! Nous le laissions avec son imagination, sans en rajouter, mais en emballant les cadeaux de la famille devant lui, lui précisant à sa demande qu’il s’agissait des cadeaux pour Tonton Seb ou Tata Caro, pour leur faire plaisir à Noël… et lui rappelant le jour J que ce cadeau qu’il venait de recevoir était celui de sa Mamité / Papy Zub par exemple…

Notre mot d’ordre est la DESCRIPTION et le LAISSER imaginer…

A partir de l’année dernière et son entrée à l’école (4ème Noël), nous avons commencé à être confronté au « choix » de la société concernant la croyance au Père Noël. Il revenait de l’école en ayant « écrit » une lettre au Père Noël, et que celui-ci allait distribuer les cadeaux à la fête de fin d’année… Sans parler que ses camarades lui parlaient du Père Noël qui venait dans les maisons distribuer les cadeaux etc… Ce n’était plus son imagination mais celle des autres…

Nous avons alors adapté notre discours, toujours dans le but de conserver sa confiance et respecter son droit de connaitre la vérité:

2. Vérité nue

Nous lui avons alors expliquer que le Père Noël est un personnage de livre, une magnifique histoire pour nous faire rêver. Certains parents et enfants décident de croire qu’il existe vraiment. Nous ne devons pas les empêcher de croire, cela leur fait beaucoup de bien et les rend heureux. Mais lui sait que Noël c’est surtout le plaisir de faire plaisir, le plaisir d’offrir des cadeaux…

C’est d’ailleurs la première année où, de lui même, il a décidé de faire un cadeau à ses grands parents (Attention spoiler! Maman ou Papa, sautez le paragraphe suivant ^^) :

Nous étions en train de nous promener dans les bois, mes enfants s’amusaient à ramasser tous les petits bâtons qu’ils pouvaient trouver (certains ramassent les châtaignes, chez nous ils ramassent les bâtons ^^) et voulaient absolument qu’on les ramène TOUS à la maison… Quand j’ai demandé pourquoi ils tenaient tant à les garder, que cela ne nous serait pas utile à la maison, mon fils a réfléchi et m’a alors dit qu’il voulait les offrir à Papy pour sa cheminée! Je lui ai alors suggéré de les garder, de les faire sécher et d’ici quelques semaines nous les mettrons ensemble dans un petit sac pour les offrir à Noël.  Chocapic était tout heureux de savoir qu’il offrirait un cadeau à son Papy pour Noël!

Une crise évitée et la découverte du plaisir d’offrir. Nous sommes gagnant sur tous les tableaux!

Nous sommes donc entrés dans une seconde phase avec Chocapic, celle de rétablir les faits. Lorsqu’il nous reporte les propos entendus par ces camarades sur le fait que le Père Noël apporte les cadeaux, nous ne contredisons pas. Nous rétablissons simplement la vérité dans les faits. Oui, ses amis imaginent le Père Noël apporter les cadeaux. Cela les rend heureux alors laissons les penser ainsi. Mais à la maison, nous savons que c’est Papa et Maman, ou ses oncles, tantes, grands parents qui lui offrent des cadeaux pour le plaisir de lui offrir. Et de la même façon, lui ressent ce plaisir d’offrir en emballant les cadeaux de Noël avec nous, voir prépare les cadeaux qu’il compte offrir.

Naturellement nous n’emballons pas les cadeaux des enfants devant eux (l’an dernier Chocapic s’est étonné de ne pas voir ses cadeaux sur la table lors de la cession emballage!). S’ils nous interrogent, nous leur expliquons simplement qu’une partie du plaisir de recevoir un cadeau est la surprise. La surprise… C’est très important à nos yeux! Et que donc ce qui les concerne sera emballé pendant leur absence afin qu’ils puissent avoir la plus belle surprise possible au pied du sapin le matin du 25 Décembre!

Lorsqu’il pense voir le traîneau du Père Noël devant la lune (cette image revient souvent, cela a du le marquer!), nous le ramenons doucement vers la réalité: « Ah oui? comme dans ton livre? Ça serait chouette s’il existait pour de vrai le Père Noël! Peut être que nous pourrions aller le voir sur la Lune? Comment nous pourrions y aller? En voiture? En voiture magique ???… » Nous nous laissons alors porter dans son imaginaire, tout en rappelant en douceur, la « vérité ».

Peut être ne serez vous pas d’accord avec cette seconde approche, peut être ferez vous un autre choix. Il n’y a, à mon sens, ni bonne ni mauvaise posture. C’est la liberté de chacun, et loin de moi l’idée de « juger » qui que ce soit <3 Je vous partage juste le fruit de ma réflexion et je suis curieuse d’avoir la votre en retour 😉

En bref

Si je dois résumer, j’ai identifié au cours de mes réflexions 3 degrés d’approche du Père Noël:

  1. Perpétuer la croyance du Père Noël (Faire croire)
  2. Décrire et laisser l’imagination de l’enfant prendre le relais (Laisser croire)
  3. Expliquer et Rêver (Connaitre la vérité)

Noël Magique

J’en profite pour vous glisser une petite et bonne action pour Noël : Participer au Noël Magique !

Cela ne vous coûtera rien (si ce n’est 2 minutes de votre temps) et vous pourrez participer à faire offrir des jouets pour les enfants hospitalisés dans l’hôpital de votre choix! La campagne débute le 1er décembre, pensez y 😉

Pour voter, c’est par ici! https://construisons-un-monde-meilleur.net/avec/good-4you/noel-magique/vote 

 

Si cet article vous a plus, si vous pensez qu’il pourrait être utile à d’autres parents, n’hésitez pas à le partager <3

Mère-Credi!

%d blogueurs aiment cette page :