Campagne contre la Violence Éducative Ordinaire (VEO)

La reconnaissance de la VEO en France fait son petit chemin. Ainsi, l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO)StopVEO-Enfance sans violences et l’agence Publicis Conseil lancent une première campagne grand public de sensibilisation télévisée et internet sur l’impact des violences verbales prononcées par les parents dans le cadre de l’éducation de leurs enfants.

Jusqu’au 20 novembre 2017 (journée internationale des droits de l’enfant) de nombreuses autres initiatives viendront en complément de ce film.

2 versions du spot de sensibilisation « Mots d’adultes, Maux d’enfants » sont disponibles:

  • une version courte de 30 secondes pour les chaines de télévision
  • une version plus longue pour les réseaux sociaux

Ce message a été réalisé par Camille Fontaine, qui a su rendre visible toute l’émotion, la violence que des mots prononcés sur le coup d’énervement peut engendrer sur nos enfants… et marquer la personne qu’ils seront demain.

VEO ou le pouvoir destructeur des mots

Cette campagne présente 5 adultes, marqués par la violence verbale, des mots entendus par leurs parents, au cours de leur enfance. Leurs attitudes, leur blessures sautent aux yeux, pour de si « simples », « petites » phrases:

  • 13 mots pour réduire l’image de soi et de son corps d’un enfant en pleine construction : « tu ne devrais pas mettre ce tee-shirt, ça te fait de gros bras »
  • 5 mots d’une extrême violence, qui laissent une blessure à vif, à vie:  » T’es une moins que rien »
  • 11 mots entraînant une douleur profonde de désamour: « Qu’est ce que j’ai fait pour avoir un fils comme toi »
  • 9 mots réduisant à néant la confiance en soi et ses capacités de l’enfant en construction: « Heureusement que tu es jolie, ça t’aidera peut être »
  • 7 mots, accablant, aussi puissant qu’un coup de poing: « Si j’avais su j’aurai pas fait d’enfant »
  • 13 mots, comparant, réduisant l’enfant: « De toute façon tu as toujours été beaucoup plus lent que ton frère »

Ce message a pour but de nous faire prendre conscience, que, nous, parents, pouvons en quelques mots mal choisis:

  • « Coller » une étiquette à un enfant (tu ne peux que compter sur ton physique, et encore),
  • Réduire sa confiance en lui et ses capacités (ton frère est mieux que toi, tu es lent, c’est un fait… tu es nulle, une moins que rien…)
  • Déformer la vision de son corps (tu es trop grosse)
  • Faire porter un sentiment de culpabilité, ressentir un désamour profond (Je ne mérite pas un enfant tel que toi… j’aurai préféré ne pas t’avoir comme fils)

Et l’enfant que vous étiez?

Réfléchissez… peut-être trouverez-vous, vous aussi, une petite phrase, ou plusieurs, qui a marqué votre enfance…
Ces mots prononcés sous le coup de la colère, d’un instant de faiblesse… Mais pour lesquels l’effet est bel et bien là..
Ces mots qui font mal tels que « Mais qu’est-ce que j’ai fait pour avoir un fils comme toi ? », s’impriment en nous et laissent des marques indélébiles.

Prise de conscience de la VEO

La prise de conscience que la VEO (violence éducative ordinaire) passe aussi par les mots est essentielle, car ils ont des conséquences qui marquent à jamais. La société, elle-même, tolère ces pratiques qui freinent le bon développement de l’enfant et ont des répercussions sur l’adulte qu’il sera.

Ce spot a pour vocation de permettre une prise de conscience générale, car nous n’avons pas conscience du pouvoir des mots…

Personnellement, cette prise de conscience a été « tardive », au fur et à mesure que Chocapic, notre premier enfant, a grandi… Nous avons alors réfléchi à notre conception de la parentalité, comment nous voulions aider nos enfants à grandir, dans tout leurs potentiels, sans les « limiter »… J’ai abordé un peu notre découverte (et adhésion!) à la bienveillance dans un article Mère-credi.com/Parce qu’il faut un début à tout/

Solution pour accompagner son enfant

Même en ayant conscience du poids des mots, le « métier » de parent n’est pas évident. Nous sommes humains, faillibles, et si des mots blessants peuvent nous échapper, il est ESSENTIEL de réparer, nous excuser auprès de nos enfants, de revenir sur ses mots blessants pour ne pas les laisser s’ancrer dans leurs esprits et définir qui ils seront…

Ce spot est un tremplin pour clamer haut et fort qu’il est possible d’accompagner un enfant sans violence (qu’elle soit physique ou psychologique)

Car il n’y a pas que la VEO physique… les mots aussi peuvent faire très mal et influencer qui nous sommes…

Et qui seront nos enfants demain <3

VEO violences verbales violence éducative ordinaire

N’hésitez pas à diffuser largement ce très beau film de sensibilisation STOPVEO!

Mère-Credi!

%d blogueurs aiment cette page :